Cognac Tasting Tour - Visiter Cognac et son vignoble

Tourisme dans le vignoble de Grande Champagne Cognac. Séjours, circuits, dégustations, visites de caves.

winetour, degustation cognac, vignoble grande champagne, vignoble petite champagne, reservation week-ends, séjours, organisation circuits, charente maritime, charente, séminaires, coffret cadeau, dégustation de cognac, gastronomie

Agence de voyages réceptive et évènementielle en Grande Champagne spécialisée dans le tourisme de séjours, circuits, cours de dégustation dans les vignobles de Grande Champagne cognac, vignoble de Cognac. Séminaires. Coffrets Cadeaux. Visites de vignoble et musées à La Rochelle, Cognac, Angoulême.

Informations générales Contact  

Histoire de l’appellation cognac, un vignoble avec six crus, ses champagnes, ses bois, ses cépages

L’AOC Cognac,

elaboration cognac, distillation cognac, vignoble cognac, alambic spiritueux, production alcool, appellation origine, vignes cognac, vin de pays, pineau charentes, vignoble la rochelle, vin ile de re, wine tour, gastronomie sud ouest

Accueil > L’AOC Cognac > L’appelation cognac

s

L’appelation cognac

Hébergement de charme dans
le cru Bons Bois


Château Mouillepied

Joli château au cœur de la Saintonge romane près de Saintes, en Charente Maritime


Réservez une chambre de charme
au pays du Cognac


Date d'arrivée  
Nombre de nuit(s) 



Découvrez cette activité ou
ce séjour dans le vignoble


Découverte du cognac

Passez un moment hors du temps en Grande Champagne, le vignoble 1er cru de cognac aussi appelé la (...)


Retour à la page sur Le Cognac et son Vignoble

Retour à la page sur L’élaboration du Cognac

Retour à la page sur Une région très gâtée...

Retour à la page sur L’AOC Cognac

Issus d’un vignoble de qualité, transportés par bateaux vers les pays d’Europe du Nord, les vins de Poitou, de La Rochelle et d’Angoumois font, dès le XIIIe siècle, le bonheur des Anglais, des Hollandais et des Scandinaves.
A partir du XVIIe siècle, ils sont transformés en eau-de-vie, qui sera bonifiée en fûts de chêne pour devenir cognac. Ainsi débute l’aventure d’un produit qui va devenir une eau de vie de renommée mondiale.

Une histoire longue, internationale dès l’origine et des crus très typés.

Histoire de l'appellation cognac, un vignoble avec six crus, ses champagnes, ses bois, ses cépages

 Un peu d’histoire...

Issus d’un vignoble de qualité, transportés par bateaux vers les pays d’Europe du Nord, les vins de Poitou, de La Rochelle et d’Angoumois font, dès le XIIIe siècle, le bonheur des Anglais, des Hollandais et des Scandinaves.
A partir du XVIIe siècle, ils sont transformés en eau-de-vie, qui sera bonifiée en fûts de chêne pour devenir cognac. Ainsi débute l’aventure d’un produit qui va devenir une eau de vie de renommée mondiale.

Au XVIe siècle, les vaisseaux hollandais viennent chercher à Cognac et dans les ports charentais les vins renommés des crus de « Champagne » et des « Borderies ».
Les vignobles d’Aunis produisent de telles quantités de vin qu’il devient difficile de les écouler d’autant plus que leur qualité baisse, car ces vins, d’un degré alcoolique peu élevé, souffrent de la longueur des voyages en mer.
C’est à cette époque que les marchands hollandais l’utilisent pour alimenter leurs nouvelles distilleries. Ils le transforment en « vin brûlé », le brandwijn, qui donnera le mot « brandy ». Pensant recréer le vin initial, les hollandais boivent ce breuvage allongé d’eau.

Au début du XVIIe siècle apparait dans la région la double distillation qui va permettre au produit de voyager sous forme d’eau-de-vie inaltérable, qui, bien plus concentrée que le vin, est moins onéreuse à transporter. Les premiers alambics installés en Charente par les Hollandais, seront progressivement modifiés ; les Français en maitriseront et en amélioreront la technique avec le procédé de la double distillation. A la suite de retards dans les chargements de bateaux, on s’aperçoit que l’eau-de-vie se bonifie en vieillissant dans des fûts de chêne (du Limousin) et qu’elle peut même se consommer pure.

Dès la fin du XVIIe siècle, et surtout à partir du siècle suivant, le marché s’organise et, pour répondre à la demande, des affaires du négoce se créent, les « Comptoirs », dans les principales villes de la région, la plupart d’origine anglo-saxonnes. Certains existent encore. Ils collectent les eaux-de-vie produites et nouent des relations régulières avec leurs acheteurs, en Hollande, en Angleterre, en Europe du Nord puis en Amérique et en Extrême-Orient.

Aujourd’hui, le cognac est exporté dans plus de 150 pays. Quelle que soit la façon de le consommer il est, de l’Extrême-Orient au continent américain en passant par l’Europe, synonyme d’un produit de très grande qualité, symbole de la France et de son Art de Vivre. Produit de luxe, il est sensible au contexte politico-économique de la planète et fait l’objet, de la part des professionnels, d’une vigilance extrême, afin que, face à une concurrence internationale croissante, sa qualité, sa spécificité et son authenticité soient inégalées.

Haut de page

 L’aire de production du cognac

La Région Délimitée du cognac a été déterminée par le décret du 1er mai 1909. Elle se situe au nord du bassin aquitain, en bordure de l’océan Atlantique. Elle se termine à l’ouest par les bords de Gironde et les îles (Ré et Oléron), et à l’est, à Angoulême, aux premiers contreforts du Massif Central. L’aire de production les départements de la Charente-Maritime, une grande partie de la Charente et quelques communes des Deux-Sèvres et de la Dordogne. Le paysage se compose de plaines et de collines peu élevées aux reliefs doux. La Charente traverse la région, alimentée par de petites rivières : le Né, l’Antenne, la Seugne... Le climat océanique tempéré y est assez homogène. La température moyenne annuelle est de 13°C environ, avec des hivers assez doux.

La superficie totale de la Région Délimitée dépasse le million d’hectares (1 095 119 ha), mais le vignoble n’en occupe que 78 179 ha. Environ 95% de ce vignoble est utilisé pour la production du cognac.

Haut de page

 Les 6 crus du cognac

Au sein de la Région Délimitée, à partir des caractéristiques des sols décrites par le géologue Henri COQUAND en 1860, ont été définies des aires de production pour chacune des appellations ou mentions suivantes (décret 1938) :

1er cru : l’appellation Grande Champagne

Avec ses 34 703 ha, la Grande Champagne, couverte de 13 159 ha de vignes, donne naissance à des eaux-de-vie très fines et très légères, au bouquet à dominante florale, demandant un long vieillissement en fût de chêne pour acquérir leur pleine maturité.
Les sols des Champagnes sont argilo-calcaires assez superficiels sur calcaire tendre, crayeux, du crétacé. La teneur en calcaire est très élevée dès la surface et peut dépasser 60%. Les argiles de type montmorillonite confèrent à ces sols une bonne structure, une fertilité élevée et une réserve en eau correcte. Malgré leur faible épaisseur, ces sols craignent donc peu la sècheresse, d’autant que le sous-sol poreux permet des remontées capillaires : il se comporte comme une énorme éponge au travers de laquelle l’eau peut lentement remonter au fur et à mesure que la sècheresse estivale s’accentue.

2éme cru : l’appellation Petite Champagne

La Petite Champagne s’étend sur une superficie de 65 603 ha, dont 15 246 sont consacrés à la production du cognac. Les eaux-de-vie qui en sont issues présentent sensiblement les mêmes caractéristiques que celles de la Grande Champagne, sans toutefois offrir leur extrême finesse.

3éme cru : l’appellation Borderies

C’est le plus petit des 6 crus : 12 540 ha. Ici les horizons superficiels sont en majorité des argiles à silex résultant de la décarbonisation du calcaire. Situé au Nord-Est de Cognac, ses 3 987 ha de vignoble consacré au cognac donnent des eaux-de-vie rondes, bouquetées et douces, caractérisées par un parfum de violette. Elles ont la réputation d’acquérir leur qualité optimale après une maturation plus courte que les eaux-de-vie provenant des « Champagne ».

4éme cru : l’appellation Fins Bois

La majorité de ce cru est occupé par des « groies », sols argilo-calcaires superficiels comme les champagnes, mais rouges et très caillouteux, d’un calcaire dur du Jurassique. Dans une zone dépressionnaire au Nord de Cognac, on trouve également le « Pays-Bas », au sol très argileux (jusqu’à 60% d’argile). Les Fins Bois entourent les trois crus précédents et s’étendent sur 349 803 ha dont 31 001 produisent des eaux-de-vie rondes, souples, vieillissant assez rapidement et dont le bouquet rappelle le raisin pressé.

5éme cru : l’appellation Bons Bois

On trouve dans les Bons bois des sols sableux en secteurs côtiers, dans certaines vallées, et surtout dans toute la partie sud du vignoble. Ce sont là des sables que l’érosion a apporté du massif central. Les vignes y sont assez dispersées, au milieu d’autres cultures, de prés pour l’élevage, de forêts de pins et de châtaigniers. Les Bons Bois forment une vaste ceinture de 372 053 ha, dont 9 308 sont destinés à la production du cognac.

6éme cru : l’appellation Bois Ordinaires ou Bois à Terroir

Ce cru de 260 417 ha présente moins de 1 101 ha de vignes destinées à la production de vins blancs cognac. Le sol à dominante sableuse, se situant le long de l’Océan ou sur les Îles de Ré et d’Oléron, produit des eaux-de-vie qui vieillissent vite et on un goût de terroir caractérisé.

Les Bois (Fins Bois, Bons Bois, Bois à Terroirs) sont appelés ainsi car défrichés au début du 19e siècle. Les crus centraux de Champagnes et de Borderies sont les plus viticoles.

Le mot « Fine » ne peut être employé que s’il est accompagné du nom d’une eau-de-vie à AOC viticole ou cidricole (ex. Fine Cognac, Fine Armagnac, Fine Calvados, Fine Grande Champagne, Fine Petite Champagne, Fine Fins Bois, Fine Bons Bois...) (loi 1928).
- « Grande Fine Champagne » est synonyme de « Grande Champagne ».
- « Petite Fine Champagne » est synonyme de « Petite Champagne ».
- « Fine Champagne » est une AOC composée d’un mélange d’eaux-de-vie de Petite et de Grande Champagne comportant au moins 50% de Grande Champagne (décret 1938).

Haut de page

 Vignoble, cépages

Les vins destinés à la distillation produisant des eaux-de-vie ayant droit aux appellations contrôlées « cognac », « Eau-de-vie de cognac » et « Eau-de-vie des Charentes » proviennent des cépages suivants (décret 1936) :

- Colombard, Folle Blanche, Ugni blanc
- Folignan, Jurançon blanc, Meslier St-François, Montils, Sélect, Sémillon (devant représenter chacun au maximum 10% de l’encépagement).

Haut de page

 Désignations de vieillissement

Un cognac prêt à être consommé ne peut être commercialisé sans avoir subi un vieillissement en fût de chêne d’au moins deux ans comptés à partir du 1er avril de l’année suivant la vendange. Un cognac conserve toute sa vie l’âge qu’il avait lors de sa mise en bouteille.

Les listes de désignations utilisables en fonction de l’âge de l’eau-de-vie la plus jeune entrant dans un assemblage ont été fixées en 1983 comme suit :
- V.S. (Very Special) ou *** (3 étoiles)... cognacs dont l’eau-de-vie la plus jeune a au moins deux ans.
- V.S.O.P. (Very Superior Old Pale), Réserve... cognacs dont l’eau-de-vie la plus jeune a au moins quatre ans.
- X.O. (Extra Old), Napoléon, Hors d’âge... cognacs dont l’eau-de-vie la plus jeune a au moins six ans.

D’une manière générale, chaque producteur utilise, pour la réalisation de ses assemblages, des eaux-de-vie beaucoup plus âgées que le minimum requis. Elles peuvent avoir vieilli pendant plusieurs dizaines d’années pour les cognacs les plus prestigieux.
Texte : Copyright © BNIC (Bureau National Interprofessionnel du Cognac) : www.cognac.fr

Haut de page

Histoire de l’appellation cognac, un vignoble avec six crus, ses champagnes, ses bois, ses cépages


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération

Accueil | Liens Utiles | Mentions légales | Qui sommes-nous ? | Conditions Générales de Ventes
Suivez-nous sur Google+ Google+  Suivre la vie du site RSS 2.0
Copyright © 2005-2017 : Cognac Tasting Tour - Agence de voyages réceptive - Sarl THF
Conception Pro Service Office - 16130 Segonzac - Charente